Bernard Berthion nous envoie cette photo d'un canon devant la Caserne Coligny à Orléans (45 - France)

 

orl_ans_caserne_coligny

Qui peut identifier ce canon ?

B Plumier : Grâce au commentaire posté par JP Lucas (Merci !) et vérification ensuite dans ma documentation, ce canon me semble en bonne voie d'identification.

Il s'agit probablement d'un canon de campagne français de 75 mm Déport, du nom de son concepteur qui participa aussi au design du célèbre canon Schneider de 75 et élabora en 1911 cette variante aux Forges de Chatillon, qui fut vendue à l'Armée Italienne.

Ses particularités étaient :

  • un affut avec deux bras écartables (ce qui devint standard dans les canons modernes)
  • un système de frein restant horizontal, seul le fut du canon peu pointer en élévation (cela se devine sur la photo)

Si quelqu'un pouvait retourner photographier ce canon, avec également des photos de culasse et de l'arrière, cela conforterait cette thèse.

Et que fait ce canon italien à Orléans ?

Note 2 : de nouvelles photos de B Berthion, du même canon...

75deportorleans1

75deportorleans2

Note 3 : des précisions de Jean-Marie Balliet (http://www.artillerie.info/) -

L’affût est similaire à celui du Canon de montagne de 75 mm Mle 1908 de fab. Schneider. En service en Espagne (48 pièces utilisées à partir de 1923 comme canon d’accompagnement d’infanterie) et en Italie durant le premier conflit mondial (cette pièce sera également utilisée ultérieurement comme canon d’accompagnement d’infanterie). La culasse, typique et avec ses marquages espagnols, présente cependant quelques modifications dans sa partie supérieure que sa faible résolution ne permet pas d’expliquer. Le bouclier a été modifié par rapport au modèle d’origine.

Note 4 : une étude comparative de cette pièce et de celle de Bourges par Alain Bohée

 

Bonjour, cette comparaison concerne le canon exposé à Orléans dans l'ancienne caserne Coligny, et celui conservé à Bourges à l'ESAM (Ecole Supérieure d'Application du Matériel) (http://canonspgmww1guns.canalblog.com/archives/2007/04/15/4635433.html).

 

 

Sans être péremptoire, la comparaison des clichés de ces deux pièces d'artillerie amène à constater des similitudes, entre autres :

 

 

·       la bouche à feu

 

·       le corps de frein

 

·       l'affût...

 

 

La disparité se fait entre les boucliers et les roues.

 

 

Ci-dessous les marquages relevés sur la pièce sise dans l'ancienne caserne Coligny.

 

 

·       75 Schneider

 

·       Canhad de montanha

 

·       Ml 1919

 

·       90 Biwa R

 

·       Estados unidos do Brazil

 

·       15 de Novembre de 1889

 

·       Construit dans les usines de Ms Schneider et Cie Cie de St-Chamond

 

·       75 Schneider

 

·       Canon de montagne N

 

OrlColBre2

 

 

Nota : la glissière du frein est graduée. Je laisse le soin de confirmer ou d'infirmer l'interprétation de ces photographies et des marquages de ces matériels aux interprètes, dans tous les sens du mot.

 

 

A.BHE

 

Nota B. Plumier : il semble donc, grâce en particulier au relevé des marquages réalisé par Mr Bohée, que ce canon est définitivement identifié comme un Canon de 75 mm  de Montagne Schneider, Mle 1919. Que fait-il à Orléans ? c'est la dernière énigme.